Comment ne pas prendre ses moyens face au stress des examens

01 mars 2022

« J'ai beau avoir révisé, une fois devant ma feuille, j'ai l'impression de ne plus rien savoir. C'est comme si ma mémoire ne contenait plus aucune connaissance nécessaire au contrôle. »

« Le fait d'être interrogé à l'oral m'impressionne tellement que je bégaye, je m'embrouille et je n'arrive pas à répondre clairement aux questions, alors que je connais les réponses. »

Qui n'a pas vécu une situation similaire ou connu quelqu'un qui perdait tous ses moyens en situation d'évaluation et vivait mal sa scolarité à cause de ce fonctionnement ?

Cette difficulté de l'échec sous pression prend racine dans plusieurs fonctionnements de votre cerveau, sur lesquels il est possible de reprendre la main grâce à la pratique de la sophrologie.

Vous avez surement déjà fait l'expérience d'être en conversation avec quelqu'un et de partir dans vos pensées au point de ne plus entendre ce que dit votre interlocuteur. Ce phénomène est lié à un filtre attentionnel naturel appelé goulot d'étranglement : notre attention ne peut se porter que sur une seule source d'informations à la fois — soit nos sensations corporelles, soit les perceptions captées par nos 5 sens, soit nos pensées. Dans l'exemple, notre attention se porte sur nos pensées et les informations captées par notre sens de l'ouïe passent à la trappe. En situation d'examen, lorsque des pensées stressantes — « De toute façon, je suis nul.le et je vais encore rater. » par exemple — se présentent à nous, elles peuvent rapidement prendre toute notre attention, d'autant plus qu'elles ont une forte charge émotionnelle désagréable. Il peut alors être difficile reporter son attention sur les questions posées et la réflexion nécessaire à l'élaboration des réponses.

Par ailleurs, ces pensées négatives provoquent une accumulation de tensions, qui elle-même parasite l'accès à notre mémoire procédurale (1). Cette dernière permet d’acquérir des compétences motrices et cognitives, comme savoir faire du vélo sans avoir à réapprendre à chaque fois, ou être capable de lacer ses chaussures ou encore retranscrire des informations apprises par cœur, par exemple. Donc, plus je pense que je vais rater, plus je stresse et moins j'ai accès aux connaissances qui me permettraient de ne pas rater.

Tout n'est pourtant par perdu car, avec de l'entrainement, il est possible d'utiliser ce filtre attentionnel qu'est le goulot d'étranglement à notre avantage ! Voici comment :

1- Je remarque que mon attention est partie vagabonder avec des pensées négatives, stressantes.

2- Je ramène mon attention sur mes sensations corporelles.

3- J'évacue les tensions générées par ces pensées grâces à des exercices, de respiration notamment.

4- Je reporte mon attention sur l'objet de mon choix : les points de contact de mon corps avec la chaise par exemple si je suis en train d'attendre la distribution des sujets ou bien la réponse à la question que je suis en train de traiter.

Je répète ce processus autant de fois que nécessaire.

L'idée n'est pas d'être positif à tout prix ou de combattre les pensées stressantes, mais plutôt se débarrasser des tensions que celles-ci génèrent pour se concentrer sur l'objet de son choix.

Les séances de sophrologie que je propose dans le cadre de la gestion du stress lié à la scolarité sont l'occasion de découvrir et d'apprendre à maîtriser chacune des étapes de processus. Une pratique régulière est essentielle pour que l'élève soit en mesure de maîtriser son stress le jour J, c'est pourquoi il possible d'enregistrer chaque séance et donc de s'entrainer en toute autonomie.

Sentez-vous libre de me contacter au 0778125728 pour prendre rendez-vous pour une séance de sophrologie à Voiron, à l'Atelier des thérapies (3 rue Soffrey Calignon). Je me déplace également pour des séances collectives sur Grenoble et sa région.

Plus d'infos sur gestion du stress et sophrologie ici.

(1) Voir le site de l'observatoire des mémoires pour plus de détails.

Article précédentArticle suivant